visiosonor Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Mashia la bonne nouvelle
Aller à la page: 1, 2  >
 
Répondre au sujet    visiosonor Index du Forum » visiosonor » visiosonor Sujet précédent
Sujet suivant
Mashia la bonne nouvelle
Auteur Message
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Au commencement, il n'y avait rien. Le Néant. Le Vide. Enfin rien quoi.

Rien que moi et rien d'autre.

J'étais bien dans ce rien, protégé contre toute atteinte, puisque rien ne pouvait m'atteindre, mais c'était si triste tout ce rien tout autour, si désolé, si désolant.
Il n'y avait rien autour de moi et je ne pouvais rien faire. Tout n'était qu'ennuie. Du moins je n'étais qu'ennuie, puisque j'étais Tout (vous ais-je déjà dis qu'il n'y avait rien ?).

Alors je décidais de créer. Puisqu'il n'y avait rien, il fallait que je fasse quelque chose de ce rien, pour qu'il ne soit plus rien. Ainsi je ne serais plus condamné à ne rien faire.

Tout d'abord il me fallait voir ce que j'allais créer. Depuis le Commencement je ne voyais rien, et pour cause...
Je créais donc la Lumière, afin que mes yeux puisse voir ce que j'allais faire.
J'avais enfin créé quelque chose, ce qui en soit me ravissait déjà, mais de plus cette création là allait me permettre de créer encore plus, sans limites. Tout ce que j'avais imaginé, tout ce que j'avais visualisé depuis tant et tant d'éons, j'allais enfin pouvoir le voir.
Je pourrais enfin respirer les senteurs agréables des fleurs sauvages et m'allonger à l'ombre d'un chêne séculaire.
Je pourrais admirer le vol de l'aigle, royal, haut dans les cieux et suivre la course majestueuse du Guépard.
Je pourrais nager des heures durant au milieu des Dauphins, et jouer à en perdre haleine avec mes amis les Ours.
Je pourrais dormir au plein air, sous une Lune éclatante et les myriades d'étoiles lointaines, sentir le corps chaud d'un Chien contre mon flanc et entendre le doux ronronnement du Chat posté sur ma poitrine.
Je pourrais me désaltérer à une mare avec les éléphants et les gazelles, traverser la forêt en compagnie des Loups, courir dans la plaine au milieu des Bisons.
Je pourrais apaiser ma faim de tout ce que m'offriront mes amis, végétaux et animaux. Les fruits aux saveurs si diverses ou le miel chaud et sucré, et tant d'autres choses encore.
J'aurais cette divine compagne qui me manque tant et nous partagerons une éternité de bonheurs et de délices, de complicité, de passions.
Je pourrais enfin Aimer et être Aimé.
Il ne me restait plus qu'à créer ce monde de beauté sauvage et merveilleux.

Heureusement pour moi j'avais créé la Lumière. J'avais créé la Lumière et je m'y précipitais.

Mais j'étais encore un jeune dieu inexpérimenté, car comment vivre quelque expérience et s'en enrichir sans rien ?
Aussi dans mon enthousiasme je l'avais créé trop vive, et elle me brula les yeux.

Aussitôt je créais le Froid pour calmer la brulure de la Lumière. Combattre la chaleur par son contraire. Cela paraît couler de source...
Mais là encore il fut trop intense, et je fus glacé jusqu'aux os.

Ainsi donc j'avais créé la Lumière et le Froid, ainsi que la Chaleur et la Douleur.

Je pus acclimater un peu mes yeux à la lumière et voir quelques instants ce monde qui désormais m'accueillerait.
Et ce que je vis me consterna. C'était un géant tout blanc, avec un horrible visage sans nez ni bouche, qui lançait ses bras vers moi pour tenter de m'attraper, de m'écraser la tête.

Je n'étais donc pas le seul Créateur, et ce ou ces autres créaient de telles monstruosités pour m'empêcher de parvenir à mes fins.
Qui sont-ils, et pourquoi m'en vouloir ? étaient les questions que je me posais.
Ce que je savais déjà, c'est que je ferais tout pour les retrouver et leur échapper à jamais. Mon monde de bonheur en dépendait...

Puis je sentis la peau caoutchouteuse du géant blanc qui me soulevait loin dans les airs, tandis que sa blanche mégère, tout sourire derrière son masque, coupait de ses froides lames le lien qui me rattachait encore à mon monde.

Alors seulement, comprenant, je créais le Son, et hurlais...

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Lun 15 Mar - 22:40 (2010)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Lun 15 Mar - 22:40 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Mes amis, créons un monde meilleur,
créons un monde fort
créons un monde où la galaxie connaitra paix et prospérité

Développons notre force et avançons toujours plus loin

Venez avec moi pour la défendre :

http://pagesperso-orange.fr/monot.jc/images/galaxie2.jpg

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Lun 15 Mar - 22:44 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Nous sommes face à un grand danger.
Seldon, ce grand homme s’est occupé de notre galaxie, son œuvre est inachevée : il ne s'est occupé que de notre galaxie !

http://pagesperso-orange.fr/monot.jc/themes/gaxtout.htm

Dans ses calculs, il a négligé que d'autres galaxies nous entouraient et que le danger pouvait venir de l'extérieur. L'Empire aurait pu nous protéger, mais il est décadent, sans pouvoir réel et pour tout dire inopportun. Le plan Seldon est faillible, les 2 fondations s'opposent au lieu d'œuvrer de concert, les équations de la psycho-histoire sont imparfaites et ne s’appliquent que sur un radian, elles ne s’appliquent pas sur la galaxie dans son entier et encore moins dans l’Univers, elles ne prennent pas en compte toutes les données.

Seldon ne s’est occupé que des relations qui existent entre les différents groupements et les ligues alors que l’Empire qui avait été le ciment des peuples périclitait.
Il a négligé le fait qu’un jour viendra où des extra-galaxiens nous envahiront et tenteront de nous assujettir.
Seldon a négligé les galaxies qui nous entouraient, pourtant ces galaxies sont peuplées et vont bientôt nous apporter le Chaos, chaos bien plus important que celui qu’il a décrit puisque c’est la disparition totale et définitive de nos civilisations qui nous attend.
Il ne faut pas que ce jour arrive. Sur Kalgan existe la solution, il nous faut développer son quadrant et préparer nos forces.
Devenez  les prêtres éclairés qui viennent à la Lumière.
L'unité sera notre force. Peuples de la galaxie, suivez notre voie, écoutez notre enseignement, au bout est l’Espoir, au bout est la Liberté, au bout est la grandeur de notre Empire Galactique.

Nous vous tiendrons au courant des découvertes du Grand Voyageur et les Données de la TGB pourront être complétées

Mashia
la bonne nouvelle

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 20:57 (2010); édité 1 fois
Lun 15 Mar - 22:46 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Ils s'étaient rencontrés par une belle soirée d'été à la terrasse d'un de ces cafés post apocalyptiques qui ont fait la réputation de ces lieux. Il lisait pour la énième fois le "Radian" de Seldon, assis seul à une table. Il avait pris soin, bien entendu, de recouvrir le livre de la couverture d'un ouvrage scientifique, cet auteur étant depuis longtemps interdit aux indépendants.
Elle arriva quelques instants plus tard, sublime, gracieuse et séduisante. Avisant le jeune homme, elle eu pour ainsi dire le coup de foudre immédiat. S'asseyant à sa table dans un mouvement résolut, elle s'étonna elle même que sa réserve habituelle soit si vite tombée en présence de cet inconnu. Il l'observa un temps, masqué derrière ses petites lunettes aux verres fumés, puis lui sourit. La jeune femme se sentait et se savait déjà conquise, comme s'il eu usé de quelque maléfice.

Ils n'échangèrent aucune parole, après un court laps de temps, le jeune homme se leva, prenant la douce jeune femme par la main. Les passants semblaient tous réprouver cette marque tant visible d'intimité. Certains paraissaient même ouvertement choqués du spectacle qu'ils donnaient à voir ainsi. On pouvait presque en effet lire dans les yeux de ces deux-là l'amour qu'ils se portaient déjà mutuellement. Le jeune homme s'engouffra bientôt dans un de ces grands immeubles qui font la réputation du II° Secteur de Nicomène, un hôtel particulier de grand standing. La jeune femme pénétra à sa suite dans un dédale de pièces somptueusement ornées de tableaux de maîtres, de sculptures et de collections de brouilleurs portables. Elle se laissa conduire sans réticence jusqu'à une chambre, où un fumet entêtant d'encens emplissait l'air. La chambre était vaste. Des tapis de Gaïa moelleux, des meubles anciens, attiraient son regard mais ce n'était rien en comparaison de ce gigantesque lit à baldaquin tendu d'azur et d'or...

Il la contempla quelques instants puis la saisit par la taille, l'amenant doucement à lui. Il se pencha alors vers elle et déposa dans son cou quelques baisers tendres. Son parfum voluptueux et sensuel l'envahit presque immédiatement. Elle passait désormais ses mains tendres et fines dans ses cheveux soyeux. Il la saisit, la souleva aussi aisément que le vent se saisi d'un fétu de paille. Il l'amena jusqu'à la chambre et la déposa délicatement sur le grand lit tendu de pétales de fleurs. Elle avait fermé les yeux et semblait s'abandonner pleinement à lui, enjouée et souriante. Alors que le sonor continuait à égrener doucettement les mesures de l'apocalypse des mondes, il se pencha au-dessus d'elle, déposant un baiser de papillon sur ses joues fiévreuses. Il s'allongea à ses cotés, son cœur commençant à battre la chamade. Tout en lui susurrant à l'oreille des mots que seuls les amants peuvent connaitre il entreprit de dégrafer un à un les quelques boutons de son chemisier de soie blanche…..



Elle laissait désormais son esprit vagabonder au gré de ses désirs, il l'emmenait déjà sur les rivages incertains et enchantés d'une petite crique de sable blanc et fin. Elle en aperçut le turquoise de la mer et le pourpre du coucher de soleil. Elle ressentait la brise légère et marine, elle humait des saveurs faiblement épicées. Elle aimait et se sentait aimée...

Abandonnés l'un à l'autre ils échafaudaient déjà des plans pour l'avenir, visiter des mondes où il avait donné l’espoir de la liberté aux peuples lors de sa firstitude passée.
Un avenir qu'ils savaient, tous deux, vouloir passer côte à côte comme en cet instant. Ils ne pouvaient plus imaginer leur vie sans l'autre, cette simple idée leur était déjà un supplice intolérable.
Ils auraient du entendre la porte de l'appartement s'ouvrir, s'ils n'étaient pas tous deux absorbés en cet instant dans leurs confessions amoureuses...

Un instant plus tard ils devaient pourtant tous deux faire face aux officiers zélés de cette tant exécrable et effroyable Milice Citoyenne. Cette police politique que le gouvernement de Nicomène en cette année 20087 entretenait à grand frais pour prévenir ou réprimer les actes jugés Asociaux.
Les deux officiers arboraient avec fierté l'uniforme sombre de leur corps d'appartenance, ils menaçaient ostensiblement les deux amants de leurs lourds éclateurs.

Avant que l'homme n'ait pu esquisser le moindre mouvement ou prononcer la moindre explication, les deux officiers ouvrirent le feu et abattirent de concert le jeune homme.
Le premier tir lui transperça la poitrine, le second la frappa à l'abdomen. Lorsque son corps retomba sans vie au côté de son amante son visage était encore emprunt de tout l'amour qu’il lui destinait. Ses doux yeux en amande fixés sur elle comme un ultime défi à la mort.

La satisfaction du devoir accompli pouvait se lire à cet instant sur les visages autrement sans expression des deux officiers qui traînaient désormais la femme dans l'escalier, sans aucun ménagement, toujours dans le plus simple appareil. Ils avaient tout juste pris le temps d'apposer des scellées sur la porte de son appartement. Ils la poussèrent violemment à l'arrière du van antigrav de la Milice Citoyenne qui les attendait dans la rue.

Prenant de l'altitude le Van se dirigea vers le centre pénitentiaire de Nicomène. Si le trajet fut assez court, il sembla durer une éternité à la femme.
Elle fut immédiatement traduite devant l'un de ces tribunaux d'exception, où elle comparu devant un juge portant cagoule et toge blanche, symboles de sa fonction.
Le Tribunal était immense, et désert. Seule prostrée sur le sol froid, au centre de la pièce, ne pouvant se tenir debout après la myriade de coups qu’elle venait de recevoir, elle apercevait le juge juché derrière ses consoles informatiques.
A l'énoncé des actes d'accusations elle se sentit défaillir, toute son attention se portant à présent sur le dernier regard de son défunt compagnon :

"Matricule MJK11589,

Vous comparaissez en ce jour du 3 septembre 20087 devant le XV° Tribunal d'Exception de Nicomène conformément à l'article III de notre constitution pour atteinte capitale à la loi de protection génétique Pan galactique.
En vous rendant coupable d'accouplement avec une créature non référencée vous encourez le bannissement à perpétuité sur une planète éloignée.
Matricule MJK11589, avez vous quelque chose à déclarer pour votre défense ?"

Elle avait à peine entendu la voix rude du juge, mais savais en substance ce qu'il lui avait déclaré. A quoi bon, se dit-elle, tenter de faire comprendre à ce monstre ses sentiments était inutile. A quoi bon tenter d'argumenter ou de faire entendre à cet homme ce dont il se moquait éperdument.
Pour lui, elle le savait bien, elle n'était qu'une traitresse de plus, qu'il fallait au plus vite écarter à tous prix de la société, pour éviter qu'elle ne la contamine de ces pensées obscènes.

A quoi bon se lancer ici et maintenant dans une diatribe contre ce gouvernement totalitaire et tyrannique, que ses contemporains avaient eux-mêmes élus pour présider aux destinées de Nicomène. Comment aurait-elle pu faire entendre la voix de la raison à ce suppôt des despotes qu'étaient les Grands Directeurs.
Comment aurait-elle même pu faire comprendre à cet assassin du bonheur qu'elle avait tant aimé cet homme, quand juste en évoquant son existence, il avait senti chez ce juge son dégout et sa répulsion.
Depuis la grande guerre, et la chute dramatique du taux de natalité, due en grande partie aux retombées bactériologiques et chimiques des armes qu'avait employée Terminus, les ressortissants bibliothécaires vivant à Nicomène étaient traités comme des esclaves. Déchus de tous droits, sans l'espoir d'un moindre avenir.

Mais peu lui importait bien à lui que cet homme ne soit pas de souche locale. Elle l'avait aimé et c'était là en ce jour le délit qui avait déjà coûté la vie à son bien aimé et qui allait lui couter cher, très cher.

Elle ne prit même pas la peine de répondre...

La sentence fut immédiate. Elle fut conduite le jour même au centre de production chimique N°2 sur Kalgan.
Chaque nuit elle se souvint de cet ancien first qui donna la vie en son ventre et se promis d’élever leur progéniture afin qu’il devienne fort  et puisse trouver un lieu de paix pour tous ceux qui aspiraient à la liberté.

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 20:59 (2010); édité 1 fois
Lun 15 Mar - 22:47 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Tout est noir.
Plus que les ténèbres, c'est le néant.
Pas de vie. Pas de mort. Seulement l'attente.

J'attends ainsi depuis plus d'une éternité, ou moins d'une seconde.
J'attends ainsi seule conscience dans l'immensité du néant, ou au milieu d'une foule que je ne peux percevoir.
Ma pensée toute entière est fixée sur cette attente, ou peut-être n'ai-je pas de pensées. Difficile à dire.


Je me remémore tout.

Je me remémore ma naissance et le déchirement de quitter celle avec qui je ne faisais qu'un, abritée que j'étais des atteintes extérieures par une mère aimante.
"Un miracle" disaient les gens de l'hôpital. Un miracle que ma mère ait survécu assez longtemps pour me donner naissance. Drôle de miracle...

Je me remémore mon enfance passée dans cet orphelinat pouilleux à être brusqué par les plus grands, et battu par les "vieux". Jusqu'à ce que l'on m'ait trouvé une famille d'accueil. Ils me fournirent une chambre,  une éducation

Je me remémore aussi mon adolescence, j'ai appris que je n'étais plus vraiment une enfant le jour où pour la première fois mon sang coulait le long de mes jambes. L’apprentissage du combat était parfois cruel.
Je me remémore mon héritage qui fit de moi le maître de la planète
Je me remémore mes espoirs de trouver un monde meilleur.

Je me remémore les prisons sur cette galaxie éloignée où les prisons sont des garde-manger .
Je me remémore l’aspect hideux des habitants des lieux, leur peau écailleuse, leur bras puissants, leur intelligence supérieure, leur cruauté sans limite.

Je me remémore tout cela, et je sens que mon attente se termine.
Je sens la pensée me revenir, et je vois cette faible lueur commencer à scintiller.
Je me sens attiré vers la lumière qui vient d'apparaître.
Et je me remémore enfin ce qui va se passer, aussi bien dans les secondes que dans les années à venir.
Je vois clairement où je vais aller cette fois-ci .

Avant que tous ces souvenirs, passés et présents, ne s'évanouissent avec ma naissance, il me traverse une dernière pensée :
Quelles que soient mes colères et mes rancœurs, seuls Amour et Altruisme doivent être lois.


Ma naissance est  une renaissance. Je poste en moi l’Espoir de tous !

Je suis attendu.
Je suis la bonne nouvelle
Je suis MASHIA

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 21:02 (2010); édité 1 fois
Lun 15 Mar - 22:50 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Espace...
Nuit noire percée d'infinité de dards lumineux. Silence sourd et immense. Quelque fois dérangé par le sifflement passager d'un météorite trop curieux. Au milieu de cette infinité, un homme accroupi. Est-ce un rêve, un cauchemar?
Une voix de conteur, une voix qui vous paralyse et qui pourtant vous libère de toutes contraintes:

 

C'est dans ce paysage que l'appareil se déplace. Il est le seul à bouger dans cette infinité, mais son mouvement reste nul par rapport aux galaxies, aux étoiles géantes. On dirait presque qu'il dérive tel un corps céleste, tel un météorite dans l'éternité de l'univers. Des occupants?, oui un seul.
Un homme, un être sur-humain. Allongé dans une cuve d'hibernation. Il semble mort, malgré tous les fils, tous les tubes qui le relient à l'appareillage hautement scientifique qui contrôle l'astronef. Toutes ses fonctions organiques semblent complètement suspendues; ainsi un appareil semblant mesurer ses pulsations cardiaques émet un faible sifflement... Sa respiration est nulle, l'oxygène synthétisé au fur et à mesure de ses besoins lui est injecté directement dans le sang. Même si les scientifiques affirment avec force qu'en hibernation on ne peut pas rêver, ils se trompent encore. La fonction du rêve est ralentie comme les autres fonctions de l'organisme, mais elle n'est pas stoppée. Il faut plusieurs années d'hibernation pour faire un rêve qui prendrait quelques heures d'un sommeil normal. C'est pourquoi un rêve en hibernation reste indécelable aux appareils de mesure..., il est amorti par le temps.
Son rêve est toujours le même.
Il débute par son enfance. Une enfance qu'il passe à rêver de l'espace, de toutes ces planètes, de toutes ces étoiles qui n'attendent que lui. Il sait ce qu'il veut faire plus tard, il veut être le Sauveur. Il veut découvrir de nouveaux mondes. Il veut qu'on le reconnaisse comme étant le meilleur. C'est son souhait, et il sera exaucé... pour son malheur.

Il a 20 ans. Il est maintenant commandant sur un vaisseau d’exploration, c'est-à-dire un vaisseau rapide équipé pour les longues traversées. Leur appareillage a repéré un système galactique et plus particulièrement un sytème composé d'une étoile double autour de laquelle gravitent 5 planètes dont deux d'entre elles semblent viables pour l'homme. Son vaisseau comporte un équipage de 5 personnes, hommes et femmes confondus. La mission de ce vaisseau est de repérer une planète qui puisse accueillir des colons, de les y déposer, et d'y construire une base avancée de ceux qui veulent fuir le chaos  de sa galaxie d’origine.
C'est sa première mission.

L'approche finale du système repéré est en cours. La première planète à apparaître est la cinquième de ce système solaire double. Trop éloignée des deux soleils sa température en surface atteint pratiquement le zéro absolu; Aucune atmosphère, donc aucune vie du type carbone n'y est possible. C'est tout simplement un gros météorite qui possède une orbite stable.
La première planète est tout l'inverse de la cinquième, trop près des soleils, elle est en perpétuel bouleversement. Sa surface atteint des températures de l'ordre de quelques milliers de degrés Celsius; Sa croûte superficielle est si mince que son noyau en fusion la perce de toute part.

Ce sont encore ces deux soleils qui sont le plus étonnant dans ce système solaire. Dès que l'appareil fut assez près pour que l'on obtienne une vision nette des deux étoiles sur l'écran, toutes les activités en cours sur la passerelle cessèrent.

Ces deux soleils sont d'une telle magnificence à l'oeil humain, que l'on pourrait les regarder pendant des heures sans se lasser. En effet, loin d'interdire une orbite stable et régulière aux planètes qui les entourent, le fait qu'il soit deux permet justement la possibilité de vie. Le spectacle retransmis, mais atténué par des filtres spéciaux, est tout simplement merveilleux. Il n'y a que deux acteurs, qui semblent tourner, dans un ballet interminable et régulier, autour d'un point qui reste virtuel, le centre de ce système solaire. Ces 2 soleils présentent une particularité, qui loin de nous effrayer par son côté grandiose nous émerveille. L'un est bleu, d'un bleu limpide et clair, pourtant troublé ici et là d'explosions solaires d'un bleu marine rappelant des geysers d'eau en ébullition. L'autre rouge opaque, flamboie tel un océan de sang qui essaye d'échapper à la gravité. Ces deux soleils avec leur couleur complémentaire représente déjà une chose qu'il est rare de voir dans l'immensité noire et triste de l'espace: la beauté. La beauté de la nature qui représente une infime partie de l'univers, un rapport pratiquement nul du fait du reste de l'univers. Combien de galaxies sont mortes ou ont été détruites pour arriver à une chose aussi merveilleuse, très peu représentative de son entourage. Mais ce qui dépasse la beauté de ces deux soleils complémentaires, c'est encore leur mélange. C'est une chose que nous n'avions pas prévu quand ce système avec ces deux étoiles fut repéré comme système colonisable. En effet, même par l'intermédiaire de l'écran filtrant, le dépassement de la beauté nous atteint, car non content d'être tout simplement merveilleux, ces deux soleils sont si proches l'un de l'autre qu'un échange de matière se produit entre leurs surfaces respectives. Du fait de leurs gravités égales, un flux d'énergie, un flux de lumière part de chacune des sphères et se dirige en suivant la gravité vers l'autre soleil, sans jamais l'atteindre. Rencontrant le centre virtuel de ce système il se met à tourner sur lui-même se mélangeant à l'autre flux. C'est là une chose dépassant en beauté la couleur des deux soleils, car le noyau formé d'énergie pure est composé d’une infinité de nuance dans ces couleurs.



- Okay, programmez l'envoi de trois sondes standards.
- Paré pour l'envoi des sondes, Commandant, ... maintenant.
- Alors, allez-y lieutenant.
Le lieutenant Jones se retournant vers un de ses écrans, annonça :
- Sonde I larguée, point d'impact dans 37 secondes.
...Sonde II larguée, point d'impact dans 154 secondes.
...Sonde III larguée, point d'impact dans 346 secondes...
L'ordinateur égrenait les secondes, sur l'écran du terminal.

Finalement la sonde I pénétra dans l'atmosphère, et envoya les premières données vers l'appareil. Celles-ci concernaient l'atmosphère, la composition, le poids, le diamètre, la présence de vie végétale ou animale.
Les résultats s'affichèrent enfin sur l'écran géant du vaisseau:
Planète de type C4
Atmosphère:
•    Oxygène 21%
•    Azote 38%
•    Hydrogène 39%
•    Gaz rares 02%
Selon les attributs humains: IMPROPRE A LA VIE


Un petit blip sur l'écran annonça l'arrivée de la sonde II:
Planète de type A1
Atmosphère:
•    Oxygène 21%
•    Azote 78%
•    gaz rares 01%
selon les attributs humains:VIABLE
je répète VIABLE.
Seul l'ordinateur resta stoïque à l'annonce de ses nouvelles. Toute la passerelle était en proie à une joie indicible. Toutes les données le confirmaient. Même les plus sceptiques, ceux qui continuaient d'interroger l'ordinateur afin de trouver la faille, ne purent que confirmer le dernier message de l'ordinateur:

PLANETE A1 IDENTIQUE A 3% PRES DE LA PLANETE MERE...

- Dirigez nous sur une orbite stable de la planète III.
- Sans problèmes, commandant...

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Lun 15 Mar - 22:56 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fin de jour. Contrée D’Allion, galaxie 8.

J'étais là, embusqué dans un tas de glaïas au parfum ambré, au milieu d'arbres majestueux, centenaires, qui m'enlaçaient de leurs branchages. Une légère brise en caressait le feuillage. J'observais un avant-poste d'envahisseurs situé à portée d’éclateur. J'hésitais. Je connaissais la cruauté de ces monstres aux oiseaux de fer et aux bâtons de feu.
Leur arrivée avait été des plus fracassantes : glissant des cieux, ils brisèrent les forces ancestrales qui régentent nos peuples. Brûlant, écrasant, massacrant, ils s'approprièrent ce corps que nous vénérons dans notre galaxie. Arrachant à ses entrailles notre sang aux vertus magiques, ils souillent le symbole de notre civilisation...
L'un des futurs conquérants manipulait d'étranges boîtes aux sons plaintifs et nasillards. J'avais peur. Étranglant la crosse de mon éclateur, j'attendais. De petites perles de sueur parcouraient les reliefs de mon visage. Je m'apprêtais à invoquer un "Seldon" protecteur, lorsque, par mégarde, j'écrasai une brindille criarde.
L'attention des belliqueux se porta immédiatement sur moi. Un des monstres cria quelque chose à ses congénères et avança dans ma direction. Que pouvais-je faire contre cet être démoniaque tout droit sorti du royaume des limbes? Son armure blanche extensible ainsi que l'immense œil anthracite de son heaume réfléchissaient la pâle lueur des deux sœurs soleil. Bien que possédant deux bras et deux jambes comme notre race, il était pourvu de queue et d’une peau écailleuse.
J'étais transi.
Le coup parti tout seul, la charge de l’éclateur le toucha. Cela ne fit que le ralentir. Ce fut suffisant pour me permettre de rejoindre mon vaisseau et retourner vers Kalgan. Je devais prévenir la galaxie de ce que j’avais appris.

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:04 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
C'était une agréable veillée d'hivers comme l'on connaît bien peu de nos jours.
Sous l'impulsion du vieil homme les gens du hameau s'était rassemblé dans une demeure assez grande pour pouvoir tous les accueillirent. Ils avaient dîné ensemble, parlant comme ils ne l'avaient plus fait depuis bien des années. Parlant et écoutant surtout. Certains d'entre eux s'apercevant alors avec tristesse qu'ils n'avaient plus sincèrement écouter autrui depuis une éternité.
A la fin du repas les plus jeunes s'étaient rassembles près du feu autour du vieil homme, instinctivement comme s'ils en eussent l'habitude. Le ragout de loutre continuait de mijoter lentement.
Le vieil homme assis dans un de ses fauteuils de cuir confortable, se saisit de sa coupe de vin bleu et d'un œil embrasa l'assistance qui déjà se pendait à ses lèvres, alors qu'il n'avait encore entreprit nul récit.
Il laissa son regard poser sur les flammes qui semblaient se mouvoir en une étrange danse. Le feu était apaisant, l'air chaud et doux, les cœurs et les esprits reposés des vicissitudes d'une rude journée de labeur.
Le vieil homme sus que le moment était venu de conter à tous, l'histoire qu'ils attendaient désormais avec impatience. Une histoire qu'il conterai avec verve et force comme pour revivre l'espace d'un instant ces instants magiques des veillées d'antan qu'il avait tant apprécié étant enfant...
Alors d'une voix grave et emprunte d'une certaine solennité, avec un regard malicieux, et une joie ostensible il entreprit son récit :

Il se dressait là, dans toute son ignominie, froid et ténébreux, comme il devait déjà l'être trois siècles plutôt. Trônant tel un oiseau de proie sur cette maudite colline des tourments. Le manoir de Kalgan était entouré d'un jardin, il semblait comme assiégé par une armée de mauvaises herbes et de ronces, d'eau croupie et d'insectes rampants. Et lorsque comme ce soir, le ciel était sombre, la lune masquée, et l'air zébré d'éclairs bleutés, il semblait à toute âme perdue dans cette lande désolée et sauvage, qu'il s'agissait de l'ultime demeure, d'un de ses princes des ténèbres, dont la littérature regorge. Le portail d'entrée, en fer forgé, ne tenait plus que par miracle, il gardait l'entrée du jardin, et était surmonté par deux ignobles harpies de jais. D'une laideur infinie, ces deux sœurs infernales semblaient scruter la lande alentour, de leurs regards cruels, comme en quête d'un quelconque festin de chair. De toute l'enceinte extérieure du domaine, semblait s'échapper des volutes de brumes, tantôt bleutées, parfois pourpre.

Derrière la demeure se trouvait le petit cimetière familial, avec ses pierres tombales centenaires. Certains des caveaux n'avaient plus de portes, ou celles ci se trouvaient déchiquetées, comme si une légion, châtiée pour quelques crimes horribles, s'était vue délivrée de la mort, pour entamer une errance éternelle parmi ceux du dessus. L'endroit était occupé presque en permanence par quelques feux follets, et disait ont dans le village voisin, par quelques âmes en peine d'anciens châtelains. Le manoir était comme ramassé sur lui même, comme s'il ressentait le poids des ans sur ces lourdes pierres, il donnait du dehors une terrible impression de force. Sa partie centrale, trapue ne s'élevait à guerre plus de deux étages. Les fenêtres en étaient petites et austères, comme si le maître d'œuvre avait eu des remords après les avoir conçues et avait cherché finalement à les masquer par tous les moyens. La porte d'entrée majestueuse, a double battant rehaussée de lourds motifs en fer forgé, n'était accessible qu'après avoir gravis une volée de marche, et pénétré bien malgré soi, sous un porche envahis par des toiles d'arachnides, qui en disait long, très long, sur la taille de leurs architectes.

Ce corps principal lugubre était flanqué de deux tours carrées, élancées, tels des monolithes élevés vers des cieux impurs. Des hampes vides trônaient en haut de ces donjons jumeaux. A une époque, ils avaient sans doute servie à hisser les couleurs de ses propriétaires, aujourd'hui vide d'étendards, ils donnaient a penser que deux gibets avaient été hissé la haut pour que quelques pauvres erres, s'y balance au gré d'une corde, sous les rafales de quelques terribles vents démoniaques. Le vent lui même semblait être conscient de l'abjection des lieux tant il semblait hurler à leurs approches, et jeter quelques rugissements d'effroi en reprenant au plus vite sa course vers le sud.

 Lord, poursuivit à grand peine la lente ascension par le petit sentier, qui serpentait autour de la colline sur près d'un kilomètre. Il réajusta son long manteau, le froid le saisissant un peu plus a chacun de ses pas. Même aidé comme il l'était, par sa fidèle canne de marche ferrée en chêne ouvragé, dernier cadeau de sa fille bien aimée, il peinait un peu plus nuit après nuit. Il savait pertinemment qu'il ne survivrait pas longtemps.

L'orage éclata alors qu'il parvenait à la porte d'entrée. Un orage violent accompagné de véritables trombes d'eau. Sans se dévêtir il emprunta le grand escalier qui menait au premier étage. Il longea le grand couloir semblant passer en revue les rangées d'armures médiévales qui se faisaient face, tels des chevaliers fantomatiques des temps anciens, figés en de multiples joutes, ainsi que les portraits de ces ancêtres. Il pénétra dans le petit salon.
Encore un peu, songea-t-il, et le manoir serait absolument vide de tout occupant. Son fils adoptif voyageait dans d’autres galaxies. D'une main il saisit sur la petite table basse qui se trouvait à sa droite, sa pipe de bruyère, la bourra de tabac aromatique et l'alluma. L’âtre brûlant, le goût du vin bleu dans sa gorge, l'odeur délicate de son tabac, ainsi que la fatigue de la journée lui permirent de trouver bien vite le sommeil.

Il fut pourtant réveillé peu de temps après par les bruits si caractéristiques d’une navette qui se pose.

Lord s'éveilla de son sommeil. Il quitta le petit salon, empruntant à nouveau le long couloir qui l'y avait mené. La pièce était froide, anormalement venteuse. Regardant les fenêtres, il en avisa une qui avait due céder sous la pression des bourrasques de vent. Il s'avança et entreprit de la refermer. Le vent qui faisait virevolter les rideaux mourut dans l'instant.

Restant interdit durant de longues minutes, n'osant faire un geste, respirant avec peine, depuis la fenêtre il ne pouvait qu'observer ce jeune homme approchant.
Il n'était vêtu que d'une modeste combinaison de voyageur blanche et détrempée, déchirée par endroit. Ses bras dénudés étaient d'une pâleur inquiétante. Sa longue chevelure en bataille couvrait en grande partie son visage caché par une barbe de plusieurs mois. Durant tout le temps qu'il l'observa, le jeune homme ne fit aucun mouvement.
Reprenant ses esprits il se précipita à l’entrée où ils se retrouvèrent  et lui toucha doucement le bras. Le contact de sa peau le fit frémir, son bras était froid, anormalement froid. Il recula de quelques pas. Il venait de voir le collier, mais ne voulait pas y croire.

- Non cela ne peut pas être. Seldon, cela ne peut pas ! Réussit-il à bégayer.

Il était revenu. Son fils adoptif était là. Ils s‘embrassèrent montrant leur attachement l’un pour l’autre.
Assis dans le salon, près d’un feu régénérateur le fils prodigue raconta ses aventures.  Les dangers qui menacent notre galaxie, l’arrivée imminente d’envahisseurs venus pour nous asservir et nous utiliser comme du bétail.



Kalgan devait revivre, une armée montée.

Il devait porter la parole.

Il devait être Mashia !

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:06 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant

suivent les données que j'ai compilé dans les autres galaxies
 


_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 21:21 (2010); édité 1 fois
Ven 19 Mar - 21:08 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche ZX5986 alpha3
Orlwolf Youpa et Orwolf Gambi prétendants au conseil suprême


Leur galaxie est en train de disparaître, absorbée par la voie lactée.
voir ici :
http://antwrp.gsfc.nasa.gov/image/0311/canisgalaxy_2mass.jpg

Les planètes viables deviennent difficilement habitables, les gouvernements sont instables. Leur espèce est uniquement carnivore, la famine menace bien que de nombreuses colonies d’élevages aient été mises en service. Il semblerait que les espèces élevées mutent et perdent leurs capacités intellectuelles. L’espèce dominante de la galaxie a besoin de cette particularité pour se maintenir.
Des incursions rapides leur ont permis de découvrir nos mondes. Des légendes racontent qu’ils auraient été vus par pleine Lune. Ce ne sont pas des légendes, seulement des rencontres réelles avec des explorateurs venus de loin.
Orlwolf Youpa et Orwolf Gambi envisagent lorsqu’ils dirigeront la constellation du Grand Chien, à la prochaine grande conjonction, de nous envahir et pour cela de débarquer dans les parages du secteur de Seychelle

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 21:23 (2010); édité 1 fois
Ven 19 Mar - 21:08 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche wZX86 alpha5

Adolescent gyger
Espèce dominante
Mode de reproduction parasite




originaire de la galaxie Whirlpool,  l’espèce dominante à un mode de reproduction particulier. Ce sont des parasites qui doivent trouver une matrice. A la naissance la matrice est sacrifiée par l’acte même de naissance.
Leur galaxie est immense et éloignée. Ils maitrisent les transferts de masse et n’ont donc pas de limitation luminique

La galaxie Whirlpool ou du Tourbillon NGC 5194 à 60 000 années-lumière de diamètre est connue aussi sous le nom de M51. Elle absorbe, son compagnon à droite.
http://www.astronoo.com/images/images_galaxies/galaxieM51Hubble.jpg

Ils envisagent de débarquer dans le secteur de Sirius, déjà leurs ancêtres avaient visité la contrée et laissé des constructions pyramidales où l’on vénérait le Soleil

_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Dernière édition par mashia le Ven 19 Mar - 21:24 (2010); édité 1 fois
Ven 19 Mar - 21:09 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche 45uiop beta15


Creech1
Donnée incomplètes
Système  NGC205 prés de la galaxie d’Andromède
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/51/Pic_iroberts1.jpg

L’équipe qui a découvert cette espèce a disparue
Nous n’avons trouvé aucune trace d’eux dans l’épave de leur navette
Des traces de lutte nous font craindre le pire



_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:14 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche al4btd omega3


ils proviennent d’un système qui englobait Sanduleak69202 dans le nuage de Magellan.
voir les images avant et après l'explosion

http://www.pixheaven.net/html/geoman/apprendre/images/supernova_sn1987.jpg


Prévoyant la disparition de leur monde, cette espèce navigue de galaxie en galaxie. Leur flotte est essentiellement équipée de cargos dans lesquels ils entassent leur nourriture. Leur flotte est capable d‘emmagasiner l’équivalent de la quantité de viande d’un système solaire.
Les protéines animales et notamment les acides aminés soufrés qu’elles contiennent semblent être les éléments premiers pour leur métabolisme, ce qui expliquerait leur odeur



_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:31 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche ght d45hj espilon2


Espèce terminator mechanica
Origine inconnue
Organisme cybernétiques
Capable de vivre en milieu extrême

Leur monde est perpétuellement en guerre
Ils étendent le conflit de galaxie en galaxie
Leur première approche est de mécaniser toute chose
Pour cela ils doivent éliminer tout esprit de révolte et donc toute espèce intelligente
S’approchent d’Anacreon



_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:34 (2010)
mashia
mulet

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2010
Messages: 27
Localisation: kalgan
Point(s): 28
Moyenne de points: 1,04

Message Mashia la bonne nouvelle Répondre en citant
Fiche 456pdr delta4

Nhiloghast
Origine : bordure de ESO 325-G004
 http://techno-science.net/illustration/Astronomie/Galaxie/Abell-S0740.jpg


a anihilé toute vie dans son sytème stéllaire
est la seule espèce animale existante
biologie de la silice, leur organisme ne contient pas de carbone
organisme extrêmement résistant
en guerre avec les les terminators-mechanicas
il les suivent vers le secteur d’Anacréon
espèce métamorphe



_________________
Mashia
la bonne nouvelle

Ven 19 Mar - 21:36 (2010)
Contenu Sponsorisé






Message Mashia la bonne nouvelle

Aujourd’hui à 07:51 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    visiosonor Index du Forum » visiosonor » visiosonor Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers: 

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com